« Chocolats Andrée, c’est une institution à la fois témoin et acteur de l’évolution de Montréal, comme Schwartz’s, Birks ou Moishes », rappelle la propriétaire Stéphanie Saint-Denis.

Imaginez : durant la Seconde Guerre mondiale, une femme, mère de famille, entreprend d’ouvrir une chocolaterie. Déjà à cette époque, Madeleine Daigneault et sa sœur Juliette Farand, véritables pionnières, se donnent pour mission d’offrir des produits et un service de qualité.

Elles desservent alors une clientèle de proximité, notamment les résidents d’Outremont et des environs. Madeleine Daigneault témoigne : « Je souhaitais proposer des chocolats de grande qualité. J’avais la chance d’être bien entourée par Outremont, le Mile-End, notamment celles et ceux de la communauté juive. Ils m’ont tous aidé à me faire connaître. J’ai eu la chance d’être facilement acceptée dans le quartier. Durant la guerre, beaucoup de manufacturiers offraient des chocolats en cadeau. Mais faute de denrées, les clients devaient m’apporter leur sucre pour que je puisse continuer à leur préparer mes chocolats. »

Le rayonnement s’accroîtra rapidement pour faire de Chocolats Andrée l’établissement de référence qu’il est devenu aujourd’hui. Femme d’affaires avisée, femme de goût pour la qualité, elle fut l’une des premières à Montréal à utiliser du chocolat à haute teneur de cacao et à procéder à leur enrobage manuel.

Combien de familles, de sourires, de plaisirs partagés depuis l’ouverture de cet espace intime de l’avenue du Parc, jonction parfaite entre Outremont, les quartiers Plateau-Mont-Royal et Mile-End ? Chocolats Andrée, c’est une histoire de famille, mais c’est aussi, beaucoup, une histoire de femmes.

Madeleine a su transmettre son audace et sa passion à sa fille Nicole, qui a également été propriétaire de 1986 à 1992, puis à sa petite-fille, Stéphanie Saint-Denis, jeune propriétaire qui a passé une bonne partie de son enfance dans l’arrière-boutique, à faire ses devoirs sur une table de marbre, à observer et à se laisser imprégner par les arômes chocolatées, fruitées ou de noisettes. Chocolats Andrée, c’est donc l’histoire du succès d’une micro-entreprise familiale, au féminin.

Une histoire de femmes qui, dès le début, ont voulu miser sur la qualité et la rigueur, animées par un souci de constance et de partage. Stéphanie Saint-Denis a entrepris sa carrière à titre de comptable agréée, tout comme son père et son grand-père. « L’agencement de mes racines familiales est pour moi très précieux : je suis stimulée par une passion pour le chocolat, transmis par ma mère et ma grand-mère, tout en comprenant les enjeux d’affaires, dans un environnement en constante évolution. »

Conçues selon la plus pure tradition européenne, les bouchées de Chocolats Andrée demeurent la référence en matière de chocolats haut de gamme. Ils sont toujours fabriqués dans l’atelier de l’arrière-boutique de l’avenue du Parc, parmi les tables de marbre, celles refroidies à eau et les fourneaux au gaz d’origine. Cette production locale et l’utilisation d’ingrédients frais et de première qualité se font sans compromis, à chaque étape.

Stéphanie et son équipe œuvrent chaque jour contribuer à la valorisation de cette histoire, perpétuant les valeurs et les racines d’une trajectoire unique, riche en chocolats. Une histoire d’amour, de savoir-faire et d’authenticité.