« Je l’avoue, nous avons peine à fournir. Pourtant, on aurait pu croire que la tradition de la tire Saint-Catherine allait disparaître avec le temps, mais non. Les 20 à 40 ans, notamment ceux du Mile-End, sont très attachés à ces redécouvertes d’authenticité et de tradition. La visibilité média sur la méthode ancestrale de fabrication de Michel aide aussi sans doute. Il faut le voir, tirer, tirer et encore tirer sur cette tire, suspendue, puis tendue à un énorme crochet solidement fixé au mur – sinon le mur tomberait. Je pense que notre tire est la meilleure ! Du moins la plus authentique. »